février22

L’expérience en retail, ces dernières années, montre bien qu’il ne perdurera pas qu’un seul canal de vente mais, qu’au contraire, la multiplication des canaux s’imposent.

Comme l’explique Jérémie Herscovic dans son article des Echos, les experts redoutaient que les shoppers désertent les magasins au profit du web… Ça paraît presque absurde aujourd’hui au regard des tendances qui s’affirment ! Les consommateurs se sont bien emparés de ces 2 canaux qui se révèlent totalement complémentaires et indissociables.

GraffittiLe web to store, qui « décrit le comportement des internautes recherchant des informations sur la toile avant d’acheter en magasin », se généralise et devient une vraie tendance.

Les shoppers sont une grande majorité à s’informer sur internet en amont, puis à se rendre en magasin avec une idée déjà précise de ce qu’ils souhaitent acheter. Internet leur permet de définir leurs critères de choix, de comparer les prix.

L’achat se fait ensuite en magasin, pour plusieurs raisons : produit disponible immédiatement, pas de frais de livraison, la possibilité de toucher le produit, de mieux l’appréhender, le contact humain…

L’article des Echos est illustré de chiffres intéressants :

  • 92 % des achats se font encore en magasins.
  • Pour près de 77 % des internautes, internet est devenu, aujourd’hui, un outil de recherche indispensable avant de se déplacer en magasin.
  • A titre d’exemple dans le secteur de la mode, et selon certaines marques, environ 70 % des visiteurs n’ont pas l’intention d’acheter en ligne, mais font ce que l’on pourrait appeler du préshopping.
  • En 2015, 45 % des ventes de détail en France seront influencées par des recherches sur Internet.

Au-delà de la multiplication de ces canaux, c’est leur convergence qui devient essentielle. La borne tactile est un des éléments essentiels d’une stratégie de vente multi et cross canal. Toutes les enseignes  –ou presque- l’ont aujourd’hui compris mais beaucoup sont encore timides… Si elles n’y vont pas toutes seules, ce sont les shoppers qui les y amèneront, eux sont déjà « connected » ! Attention il ne faut pas rater le coche, le magasin de demain sera connecté ou ne sera pas ! ;)

 Lire l’article de Jérémie Herscovic dans les Echos.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

ipm